Lettre à mes frères

Je suis allée à Lourdes il y a quelques jours. J’ai lavé à l’eau de lourdes la pièce de Yi King de William que je porte autour du cou et deux autres « bijoux » qui n’en sont pas. Veillez s’il vous plaît à ce que cette pièce ne me quitte jamais. Je porte aussi une améthyste. Elle est d’importance secondaire, autour du cou. Je porte au bras gauche un bracelet que m’avait offert Maman avec une pierre d’onyx noire. Veillez également à ce que ce bracelet ne me quitte pas.

 

Si jamais je ne guérissais pas, voici ce que je veux.

 

Je m’en fous d’être enterrée ou cramée. Tout ce que je veux c’est que la cérémonie soit libératrice. Je veux de la musique, beaucoup de musique, et que vous vous souteniez, vous aimiez. Un morceau obligatoire, jusque-là c’était « Satisfied Mind » interprété par Jeff Buckley. Mais je crains de ne pas avoir le temps d’atteindre cet état d’esprit. Je le souhaite de tout coeur, mais je ne serai pas prétentieuse au point de croire que je l’atteindrai.

 

Ce sera ce morceau, pour la personne que j’ai le plus aimée au monde, et personne n’en aura jamais entendu parler. Il s’agit de Martin, marié, deux enfants, merci de ne pas le contacter sans prendre les précautions qui s’imposent vis-à-vis de sa femme et ses enfants, sa femme n’est pas au courant de mon existence, nous nous sommes jamais revus en 20 ans, mais il m’aura écrit la plus belle lettre d’amour que j’ai reçue de ma vie il y a cinq ans. Je veux une copie de cette lettre avec moi. (Un de mes frères) l’a.

 

 

Son mél est sûr, on peut le contacter sur ce mél, et durant encore des décennies:

 

son téléphone ne sera qu’à utiliser avec extrême prudence, il est interdit que sa femme qu’il a rencontrée après moi, soit au courant de mon existence

 

 

 

Il vit à ***. Il travaille dans ***. J’ai aimé cet homme au point de lui mentir, de lui faire croire que j’ai été heureuse, de lui envoyer des photos de moi laide et grosse pour qu’il m’oublie, qu’il soit heureux lui, moi qui ai cherché son image partout, même dans tous les autres hommes que j’ai eu. Je me serai sacrifiée pour lui. Cela fait 5 ans que l’on a repris le contact. Notre deal : je lui écrit il ne répond pas. Je devais l’apprivoiser comme dans le Petit Prince. C’est mon Petit Prince, ma galaxie, mon univers.

 

Je voudrais tant revoir son visage, le serrer dans mes bras, mais ce ne sera pas possible. Alors je monte à Bordeaux ce week-end, je n’y ai jamais remis les pieds en 20 ans, cela aurait été trop dur, c’est la ville de nos amours. Et je ferai le même circuit que lui il y a quelques mois, où il est allé à ces endroits que l’on a connu lui et moi, dans le souvenir de notre histoire, très forte.

 

Il croyait que je lui en voulais ? Et moi aussi, je croyais qu’il m’en voulait, mais on s’est très sincèrement aimés.

 

Il m’aura gardé une heure et demie au téléphone ce 07/11/2017, premier contact réel en 20 ans. Il est entier, il n’est pas du genre à tromper sa femme, mais il l’aura trompée mentalement avec moi. C’est juste une histoire très forte.

 

On s’était dit au téléphone qu’on se reverrait à 85 ans. Ce sera malheureusement impossible.

 

Je voudrais donc que Martin vienne à la cérémonie. C’est très important.

 

Je ne verrai probablement ni la Bretagne ni Delphes comme je le souhaitais, mais je reverrai au moins Bordeaux. Bénédicte, mon amie d’il y a 20 ans, m’accueille ce week-end.

 

Son mél :

 

Elle sera également à inviter à la cérémonie.

 

Pas de chichis, un truc simple, mais je veux que vous repartiez tous avec le coeur rempli, pas vide, rempli.

 

Et ce morceau, bien que j’en aie toute un liste, je vous donnerai la clé de TOUT en temps et en heure, mais ce morceau là est obligatoire :

Image de prévisualisation YouTube

 

Jeff Buckley « I know it’s over » (oui, une reprise des smiths)

 

 

Je veux que vous priez pour tous ceux qui seront partis trop tôt.

 

Je veux que vous compreniez que l’amour est éternel.

 

Je veux que vous sachiez que le corps part, mais l’âme ne s’éteint jamais.

 

Je veux que vous compreniez que sans amour on meurt.

 

 

Le cadeau de mon existence qui aura été difficile aura été Martin. La chose la plus précieuse que j’ai, c’est son amour. On ne l’aura jamais vécu en tant que couple établi, ni mari et femme, mais cet amour-là, c’est le seul d’un homme que je ne peux pas remettre en cause, alors que tous les autres je le dis, ne m’ont pas aimée.

 

Souviens-toi ****de cette photo que tu as prise de moi à ton mariage, c’est a plus belle photo de moi, j’avais le regard perdu, c’était bien à Martin que je pensais à ce moment là, souvenez vous de ce visage, heureux, il m’aura offert le plus beau cadeau de ma vie.

 

Je n’aurai pas été une sainte, certes. Mais courageuse malgré tout, et là, devant la bataille que je vais entamer, il n’y a que cet amour pour me donner la force de me battre, j’en ai besoin.

 

Je suis très malade. Je le sais. Le chien aussi le sait. Pour lui, je me prends mes dispositions. J’ai un dogsitter il s’appelle Quentin (téléphone)

 

Je lui laisse le temps d’être hospitalisée, et s’il le veut, je lui en fais cadeau, il sont heureux ces deux là ensemble.

 

Voilà si j’oublie quelque chose, j’aurais encore le temps, mais ce sera dit.

 

J’écris des textes et des chansons. Je suis spirituelle, je crois aux esprits, à l’infini de l’âme, et à l’amour. Ainsi, je crois en Dieu, je ne crois pas aux religions surtout, je crois qu’elles ont toutes raison et toutes tort.

 

Je vous donnerai la clé de tout ça, cela fait presque deux ans que je consigne tout. Mais c’est pas encore l’heure, je dois d’abord me battre encore.

 

Je vous embrasse.

Laisser un commentaire